top of page
#NDQ.png

Mon blog

Zemmour, lauréat inattendu de Bilderberg.




Par deux fois les caciques de Bilderberg ont imposé des Présidents à la France. Il y avait tout d’abord N. Sarkozy. Il semblait correspondre à l’homme de poigne qu’il fallait pour achever la privatisation totale de la France au profit de l’oligarchie financière internationale. Il pouvait mener à bien cette mission, car il avait bénéficié d’un alignement extraordinaire des planètes avec la crise des sub-primes et la faillite de Lehman Brother. N’a-t-il pas su saisir l’opportunité, ou est-ce son âme, que d’aucun qualifierait d’escroc, qui l’aurait dévié de l’objectif ? Son activisme extérieur, notamment dans le drame libyen a fini par le déclasser définitivement de l’histoire de la France qui ne retiendra de lui que l’image, méritée ou pas, d’un escroc de haute voltige qui traîne de lourdes casseroles qui lui ont valu de multiples condamnations.


La défaite surprenante en 2012 de N. Sarkozy, a laissé la place à F. Hollande, un Président normal, trop normal pour ne pas dire terne. N’ayant pas reçu l’imprimatur de Bilderberg, il apparaissait aux yeux des médias comme un intrus. Il a été combattu comme tel. Jamais un Président français n’a été aussi malmené, au point qu’il s’était résigné à renoncer à se présenter à sa propre succession.


L’intermède Hollande a été mis à profit par Bilderberg pour dégager un nouveau lauréat. C’est ainsi qu’est apparu l’inattendu, mais jeune et fringant E. Macron. Son profil de premier de la classe a trompé et masqué, pour de nombreux Français, son cheminement tortueux : un banquier qui arrive à se faire ministre des finances d’un gouvernement socialiste, et qui finit par embrasser l’ultra-libéralisme. Est-ce de l’acrobatie intellectuelle ou de la versatilité ? Allez demander à ceux qui l’ont choisi, puis imposé aux médias mainstream, qui à leur tour l’ont vendu à l’opinion comme l’enfant prodige !


La supercherie a vite été éventée, et ce qu’on a appelé la crise des Gilets Jaunes était une manière de dénoncer les manipulations de Bilderberg par médias interposés. J’avais publié quelques chroniques sur ces événements qui avaient secoué la France à l’époque. Tout le monde était dans l’expectative car nul ne pouvait deviner quel allait être l’épilogue de la crise. Aujourd’hui tout le monde sait comment la crise sanitaire avait mis un terme au mouvement des Gilets Jaunes.


Le Covid a sauvé momentanément le soldat Macron. Non qu’il a été heureux dans la gestion de la pandémie, bien au contraire, mais simplement parce que les Français ont donné priorité à leur santé. Malgré le répit dû au Covid, la côte de Macron s’est effritée. Est-ce juste les dommages causés par la crise des Gilets Jaunes, ou la transfiguration de la France qui a basculé dans sa quasi totalité à droite ? La droitisation massive et extrême du pays oblige Macron à une course-poursuite avec la droite la plus radicale.


D’après un sondage, 87% des Français approuvent la décision de réduire les visas pour les Maghrébins, une décision mue par le souci de satisfaire les relents racistes et de plus en plus xénophobes de l’opinion. 87%, autant dire la quasi totalité des Français, car les 13% restants sont des Français issus de l’immigration avec quelques alliés ou apparentés.


La déferlante droitière ne laisse plus de marge à Macron. Il doit constater avec ahurissement la dégringolade de Marine Le Pen dans les sondages du seul fait qu’elle a tenté d’édulcorer son discours droitier. Un recul impressionnant au profit d’un positionnement on ne peut plus extrême. Celui d’Eric Zemmour !


Aller chasser sur les terres de Marine Le Pen devient sans objet, car celle-ci a déjà été doublée sur sa droite. Dès lors, Macron, profondément désemparé, croit pouvoir garder la tête au-dessus de l’eau en faisant payer aux Maghrébins l’inconséquence de ses errements.


La situation périlleuse du lauréat Macron n’a pas pu échapper à la sagacité des stratèges de Bilderberg. Leur génie est d’avoir anticipé la situation en préparant une relève adéquate qui colle mieux à cette droitisation extrême de la France. On comprend, avec le recul aujourd’hui, pourquoi E. Zemmour a bénéficié d’un traitement privilégié dans les médias français. Pendant des années les plateaux de télévision se disputaient la présence du polémiste. Plus récemment, des émissions importantes lui étaient entièrement dédiées. De plus elles lui consacraient les meilleurs créneaux horaires. Pour fabriquer un monstre, la bien-pensante ne pouvait pas mieux s’y prendre !


Pourtant il a un message éculé qu’il répète à l’envi, et qu’il a toutes les peines à renouveler. Toujours les mêmes propos, la même rengaine, les mêmes outrances pour pourfendre l’immigration en général, et pour distiller la haine de l’Arabe et du Musulman en particulier.


Pour certaines chaînes, les émissions de Zemmour s’apparentent à des audiences d’un tribunal en charge de juger l’Islam, audiences quotidiennes où ne résonne qu’une seule voix, celle d’un procureur impitoyable et fou.


L’ensemble des Français sont devenus miraculeusement des spécialistes de l’Islam, raison pour laquelle il n’y a jamais de Musulman dans ces émissions, sauf de temps à autres des affidés perdus, qui viennent pour conforter les délires de Zemmour. Le choix de contradicteurs est pernicieux puisqu’il vise à lui faciliter la tâche, et faire ainsi apparaître son opinion comme l’opinion générale de la France. Si par extraordinaire un contradicteur se montrait plus incisif, ce sera l’occasion pour Zemmour de grimper dans l’échelle de l’outrance.

Pourquoi donc les chaînes de télévision acceptent-elles la répétition à satiété d’une thématique usée jusqu’à l’os ? À croire que toutes s’inscrivent dans une démarche démoniaque d’endoctrinement. Le sondage mentionné plus haut montre que les médias français ont réussi au-delà de toute espérance le formatage définitif de l’opinion publique française.


Ainsi ont-ils enfanté un monstre sacré pour eux, mais un monstre tout court pour le reste du monde. Après l’avoir fabriqué à longueur d’émissions, maintenant ils s’approprient ses idées. Il reste que le plus affligeant est le pathétique unanimisme des médias. Leur intérêt pour chaque propos du polémiste est déconcertant, et la sympathie à peine voilée pour sa personne est juste révoltante.


Une unanimité trop suspecte, laissant penser que Zemmour bénéficie de puissants appuis de ceux qui persistent à vouloir régir le destin de la France. Cependant, il ne s’est toujours pas déclaré officiellement candidat. L’hésitation doit venir du forum Bilderberg qui, malgré la tentation d’enfourcher la monture Zemmour, ne semble pas prêt à renoncer à ses motivations originelles d’ordre économique pour ne miser que sur du sociétal, en l’occurrence ici l’immigration.


Apparemment les médias donnent l’impression d’avoir fait leur choix en essayant d’occulter ou du moins minimiser les thèmes qui ne sont pas en rapport avec l’immigration et l’Islam. N’est-il pas surprenant qu’ils occultent des thèmes cruciaux pour la France comme l’économie ou l’écologie ? Le font-ils juste pour éviter à Zemmour de s’expliquer sur des sujets qu’il ne maîtrise pas, ou pire, le font-ils parce qu’ils réduisent l’ensemble des problèmes de la France à la seule question migratoire ? À croire que le pays retrouvera tous ses lustres, et tous les problèmes leurs solutions, dès lors qu’il se serait débarrassé des immigrants, notamment arabes et musulmans.


Pour avoir balisé le chemin de la conquête du pouvoir à Zemmour, les médias se rendent complices du délitement de la France. Ce n’est pas faire injure aux Français que de dire que leur pays n’est plus une grande puissance. On comprend leur désarroi, eux qui ont flirté avec le sommet de la civilisation, de devoir rentrer dans les rangs. Difficile, très difficile que de se résigner à ne plus être au premier rang. Cette perspective peine les Français et avec eux tous ceux qui, comme moi, aiment la France.


Faut-il sombrer dans le fatalisme et dire que les nations subissent le sort des personnes. Avec l’âge, elles perdent en plus de leur vitalité, les atours de la prestance et de la beauté. Cependant, dans toutes les cultures populaires, les gens sont persuadées que les ravages du temps laissent intacte la «beauté de l’âme». La culture française est une belle âme, pourquoi la ternir avec de sombres desseins ? Pourquoi inoculer à l’opinion des valeurs comme le racisme, la xénophobie qui sont à l’opposé des enseignements de la France des Lumières ? Pourquoi Zemmour ?


P.S : D’aucun trouverait à ce texte des relents de théorie du complot, surtout quand j’évoque Bilderberg. Mais les faits sont têtus et le délitement de la France une réalité. Et puis quand on aime et admire ce pays, on ne le voit pas avec le prisme déformant du complotisme.


Abdelahad Idrissi Kaitouni.











Posts récents

Voir tout
bottom of page