top of page
#NDQ.png

Mon blog

M. Holland, vous avez tout faux !

Dernière mise à jour : 7 nov. 2021



Une blague circulait sur le Net : On demandait à Baghdadi pourquoi Daech n’avait pas encore attaqué Israël et il avait répondu : « j’attends que les Juifs deviennent Musulmans ». Sous entendu : Moi je ne tue que les Musulmans !


Cette plaisanterie de mauvais goût est révélatrice de la mission dévolue à Daech : dévaster les pays Arabo-musulmans et massacrer au passage le maximums de Musulmans de par le monde.


A qui profite ce crime ? A Israël et uniquement à Israël. De là à dire que Daech est l’émanation de l’Etat hébreux, il n’y a qu’un pas que beaucoup ont franchi allègrement. Et les faits leur donnent totalement raison.


Israël ne pouvait pas procéder à la destruction massive du monde Arabo-musulmans sans s’attirer une réprobation générale. Alors Netanyahou a sous-traité à Baghdadi ce sale boulot.

Il fallait, bien entendu, qu’Israël protège sa monstrueuse création, y compris contre ses propres amis, notamment les Etats Unis. Cela explique quelque part les relations tendues entre Netanyahou et Obama et les multiples brimades que le premier a fait subir publiquement au second.


Les Etats Unis se sont vite empressés de mettre sur pied une large coalition pour venir à bout de Daech. C’était sans compter sur la volonté d’Israël de préserver cette arme de destruction généralisée. En effet tout le monde s’accorde à dire que la coalition serait venue à bout de Daech en quelques semaines, mais sous le dictat sioniste les U.S.A. ont vite fait de dévoyer la mission de ladite coalition qui ne fait qu’ajouter la destruction à la destruction, et les morts aux morts.


Autre « allié » que Israël a bloqué dans sa tentative de s’en prendre à Daech : Sissi. Le Président égyptien a vainement sollicité Netanyahou pour qu’il accepte de déroger pendant quelques mois à un article de l’Accord de Camp David de 1979 qui limite la présence militaire égyptienne dans le Sinaï à 800 hommes légèrement armés, et ce pour lui permettre d’éradiquer Daech de la péninsule égyptienne. Refus ferme du Premier ministre israélien qui signe par là le lien indéfectible entre l’Etat sioniste et Daech.


La détermination d’Israël de protéger ses créations s’est manifestée par ailleurs dans l’acharnement mis à préserver Bachar Assad. On se rappelle qu’Obama était déterminé à bombarder Assad, et il a même entraîner dans sa « détermination » le pauvre Hollande. L’un et l’autre, tout penauds, ont été obligé d’y renoncer. Car Israël, plus que la Russie ne pouvait accepter l’effacement de leur meilleur allié au Moyen Orient : faut-il rappeler que Assad père et fils ont assuré à Israël la frontière la plus paisible depuis 1973, permettant à l’Etat Hébreu de guerroyer tranquillement au Liban et ailleurs.


Ceci pour dire qu’au Moyen Orient, il n’existe qu’un seul et unique interlocuteur : Israël ! Il serait naïf de croire que les Etats Unis peuvent encore quelque chose. Même si en théorie ils en ont les moyens, ils n’ont plus la volonté. Celle-ci a été brisée par l’arrogance de l’Etat Hébreu et la toute puissance des Lobbies juifs.


Comment des faits aussi avérés ont-ils échappés à François Holland, qui pourtant était parti en Israël faire acte d’allégeance à Netanyahou ? Feigne-t-il ignorer que Daech est le prolongement d’Israël ?


Non M. Holland, ce n’est pas avec Obama et Poutine qu’il faut discuter, mais bel et bien avec celui qui tient toutes les ficelles du jeu : Netanyahou.


Rapatriez vos Rafales, rappelez le Charles De Gaulle, vous n’arriverez pas à bout de Daech car Israël ne le permettra jamais ! Allez voir Netanyahou, peut être qu’il accepterait de préserver le territoire français comme sont préservés des pays comme les U.S.A., la Grande Bretagne, la Hollande…qui n’ont jamais eu à pâtir des méfaits de Daech.


Abdelahad Idrissi Kaitouni.

Kommentare


bottom of page