top of page
#NDQ.png

Mon blog

Les trolls : nouveaux soldats d’Israël !



Depuis plus de vingt ans , j’entretiens une relation épistolaire suivie avec un ami libanais que j’avais croisé quelques décennies auparavant à l’université. C’est un chrétien maronite qui avait la cause palestinienne chevillée au corps, contrairement à l’opinion de la majorité des gens de sa communauté. Je ne l’ai revu qu’une seule fois à la fin des années 1980. Il était réfugié en France et il était complètement abattu car il venait de perdre deux proches pendant la guerre civile qui ravageait le Liban.


J’imaginais qu’avec une telle épreuve, il ne devait plus nourrir les mêmes sentiments. Il m’avait très vite repris en disant : la cause palestinienne est une cause juste et je suis toujours avec les causes justes et avec ceux qui souffrent. Ce monsieur qui a dépassé sa propre douleur pour ne pas renoncer à son idéal de justice m’a vivement impressionné.


C’est la raison pour laquelle je me suis tourné vers lui récemment pour lui faire part du lynchage en règle dont j’ai été l’objet de la part de l’armée de trolls qui infestent la liste d’une « amie », S.T pour ne pas la nommer, alors que je ne faisais que commenter en termes polis et avenants un post que je trouvais excessif par ses affirmations péremptoires.


Mon ami libanais m’a demandé de copier le post et tous les commentaires et de les lui faire parvenir. Ce que j’ai fait dans l’heure. Trois jours plus tard je reçois une longue lettre qui m’a sidérée. Il y dit en substance : « comme votre « amie » S.T., il y en a des dizaines au Liban, y compris dans ma propre famille. Ils ne se cachent pas pour clamer qu’ils travaillent pour Israël et d’en recevoir toutes les formes de soutien. Ils savent que leur liste d’amis est fausse et squattée par des trolls venus de nulle part, manière pudique de dire qu’ils sont partout. Ils avouent trouver dans ces trolls une véritable protection et un encouragement pour braver l’opinion hostile ».


Plus loin il dit : « Je retrouve les mêmes noms de trolls opérant au Maroc et au Liban, utilisant les mêmes arguments et souvent les mêmes mots, parce que, bien entendu ça répond à la même thématique. J’imagine que on si mène une enquête similaire en Algérie ou en Tunisie, on retrouvera les mêmes thèmes avec les mêmes noms de trolls. Je suis frappé par l’incroyable similitude des sujets proposés aux débats dans nos pays respectifs». A croire qu’il s’agit de robots qui génèrent automatiquement des phrases toutes faites chaque fois que des mots clés comme sionisme, Israël, Palestine sont détectés. Pour faire plus vrai que vrai, certains commentaires sont même truffés d’insultes et d’injures pour soit disant « épicer » les débats.


Non, je ne crois pas qu’il n’y ait de place que pour les robots sur le nouveau front qu’est la guerre de l’opinion. Malgré qu’Israël soit au faîte de la puissance militaire, financière, médiatique et industrielle, il n’arrive pas à entraîner l’adhésion des cœurs au-delà de ceux qui sont férocement hostiles aux Arabes et Musulmans. Bien au contraire les exactions des Israéliens envers leurs voisins et particulièrement les Palestiniens, créent une défiance à leur encontre, sinon un repoussoir que les médias à la solde n’hésitent pas à qualifier d’anti sémitisme.


Pour gagner cette guerre de l’opinion, Israël utilise deux méthodes bien éprouvées : la corruption et l’intimidation. La corruption joue essentiellement avec les pseudo animateurs d’Internet, en mal de célébrité. Ils sont choisis parmi les personnes en crise d’identité, avec une connaissance approximative de l’Islam et une maîtrise grossière de la langue arabe. On leur demande juste de faire le buzz sur Facebook, avec des sujets imposés d’avance. Il ne reste plus à nos « influenceurs » qu’à adapter les scripts reçus et à lancer leurs funestes débats. Ils sont assurés de la montée en ligne de l’armée de trolls pour intimider les éventuels contradicteurs.


Et mon ami libanais de conclure : « Le plus condamnable ce n’est tant les trolls qui sont des soldats d’un type nouveau, au service de l’entité sioniste, mais ces individus immondes qui, pour quelques prébendes acceptent de trahir et de faire la courte échelle pour briser la cohésion sociale et précipiter le chaos dans leur pays ».


J’ai émis plusieurs réserves sur le message de mon Libanais, notamment sur le fait qu’il dégage un parfum de théorie du complot. Il me répondît laconiquement : « Comment parler de complot alors que le Gouvernement israélien reconnaît lui-même avoir mis en place un ministère dédié à influencer toutes les opinions publiques et à briser tous porteurs d’opinions hostiles à Israël ou un tant soit peu favorable à la Palestine. Depuis quand le comploteur évente son propre complot ? ».


Don’t acte.


Abdelahad Idrissi Kaitouni




Posts récents

Voir tout
bottom of page