top of page
#NDQ.png

Mon blog

La perversité du confinement continue.



Mon ami de toujours, le Professeur Abdelkarim BENNIS, pneumo-phtisiologue, vient de poster sur son profil Facebook un article bien argumenté en faveur de « Wikaytna » l’application officielle sur smartphone pour le dépistage des malades porteurs du Coronavirus. S’il a rompu avec sa discrétion habituelle sur les réseaux sociaux, c’est que le message lui tenait particulièrement à cœur. Je connais sa haute tenue morale, sa grande générosité et le sens élevé qu’il a de sa mission de médecin. Je ne rappelle ces qualités-là que pour souligner que sa recommandation en faveur de ladite application procède, chez lui, d’une conviction sincère.


Que de fois avons-nous refait le monde ! Nos nuits, les aiguilles de nos montres tournaient tellement vite, tant nos débats étaient âpres. Au petit matin, il y avait un accord à...l’arraché. Aujourd’hui par écrans interposés, je suis au regret de lui signifier que je ne peux pas être d’accord avec toutes ses préconisations. Et voilà la réponse que je lui ai faite :


Il est incontestable que cette application, séduisante technologiquement parlant, est d’une très grande utilité sur le plan sanitaire. Y souscrire est certes très rassurant. Mais on ne peut pas en vouloir à ceux qui récusent cette application. Bien sûr qu’ils sont nombreux à invoquer le viol de la vie privée, même si leur vie est déjà largement étalée sur les réseaux sociaux. Sauf que leur l’exhibitionnisme est un acte volontaire et qu’ils sont généralement conscients des conséquences des risques de confier des informations personnelles à ces réseaux.

liberte,

Dans ce cas précis, il s’agit d’une atteinte grave à la liberté de mouvement. Nul ne confie volontairement ses déplacements avec itinéraires à qui que ce soit. C’est un viol caractérisé car il n’y a pas consentement préalable.


C’était un des derniers aspect de la liberté dont on pouvait se prévaloir encore. Le confinement généralisé, en assignant tout le monde à domicile, était un test grandeur nature de la meilleure manière de contrôler le mouvement des populations. Comme le confinement ne peut être maintenu sur une longue, sans causer de graves dommages à la santé et à l’économie, on nous sort comme par magie une application qui permet de fliquer les gens en assurant le traçage continu de chacun de leur mouvement.


De plus en plus de voix s’élèvent un peu partout dans le monde pour dénoncer les effets pervers du confinement. Quand le bilan définitif sera arrêté, on se rendra compte que le confinement n’est à l’honneur ni de ceux qui l’ont imposé, pas même à l’honneur de la grande masse des victimes qui se sont laissées gagner par la peur.


La planète Terre était plongée dans quelque chose qui s’apparente à un coma artificiel. On commence à peine à émerger que le spectacle qui s’offre à nous est désastreux. Des économies en lambeaux, les familles toute groggy, des sociétés entières en quête de nouveaux repères, et la santé en totale déperdition ! Oui la santé sortira encore plus meurtrie.


Ce soir même (mercredi 3 juin) une chaîne de télévision française vient d’annoncer que le retard, pour cause de confinement, dans le dépistage et le traitement de pathologies lourdes risquerait de se traduire par 20 à 30 000 décès supplémentaires selon les pays européens. Vous avez lu, il s’agit de décès « supplémentaires » !


Là on voit que le confinement en tant que «remède » apparaît bien plus dangereux que le mal du Coronavirus qu’il était censé combattre. N’est-il pas est normal que toute application en rapport avec ce fichu remède, devient suspecte ? Son rejet par certains est normal et ne doit souffrir aucun reproche.


Abdelahad Idrissi Kaitouni.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page