top of page
#NDQ.png

Mon blog

L’insouciance, cet univers de l’amoureux !



D’avoir trop attendu mon cœur commence à menacer ruines

Toi ma belle musaraigne transformée en véritable fouine

Tu as réussi à le trouver et à l’occuper comme un vulgaire squat

Pour y savourer joie plénitude et bonheur et que tu t’y éclates


Propos frivoles dis-tu Je te rappelle que tu n’a plus vingt ans

Oui mais face à toi je suis tout penaud petit encore un enfant

Qui fait tout pour éviter le piège de devenir un jour adulte

Car mon amour se doit d’être clamé crié pour que j’exulte


Je redoute un amour plombé par le sérieux ou par la gravité

Je nous rêve en êtres vaporeux aériens voguant tout en légèreté

Je voltigerai au gré de tes humeurs même au-delà de mes cent ans

Car vois-tu mon grand âge n’entamera jamais mon âme d’enfant


Tu sais je n’ai de nostalgie que pour les rires de mon insouciance

Pour m’aider à me lester de ma carapace du poids des convenances

Qu’importe les gros soucis qu’un seul de tes sourires effacent

Tu as purifié mon être car du mal je n’ai point gardé de traces


Avec toi la mort est transcendée et je m’installe dans l’éternité

Ne rappelle plus que je suis mortel pour que je vive cette volupté

Ma foi si je devais passer de vie à trépas et que je finisse par mourir

Je partirai avec joie car je ne garderai du monde ici-bas que ton sourire


Abdelahad Idrissi Kaitouni.







168 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page